Panthera

Panthera est la seule ONG totalement dédiée aux Félins (lions, tigres, léopards, guépards…), ce qui en fait un des acteurs de premier plan dans la sauvegarde de ces espèces. Créée en 2006 elle fait aujourd’hui figure de référence, forte de nombreux succès dans la préservation de ces animaux.

Le tigre aurait pu disparaître au cours du 20ème siècle si des scientifiques n’avaient pas mis en lumière une chute dramatique de leur population, avec moins de 2000 tigres en Inde en 1969. A l’époque des efforts étaient pourtant faits, mais le manque de moyens et les mesures disparates ne permettaient pas de bons résultats. Aujourd’hui les effectifs de tigre reprennent des couleurs repartent à la hausse, Panthera a ainsi lancé un programme ambitieux, baptisé « Tiger Forever Program », avec pour objectif d’augmenter la population de tigre d’au moins 50% en 10 ans. Dans ce cadre, Panthera est membre du fond « Save the Tiger », organisme très actif et a crée en 2012 la « Panthera’s Tiger Task Force », patrouillant sur le terrain afin de limiter le braconnage.

Les autres espèces ne sont pas en reste et sont tout autant représentées au sein de l’ONG. Panthera pilote ainsi un programme dédié aux lions depuis sa création en 2006, aux pumas et panthères des neiges depuis 2008, ainsi que de nombreuses autres espèces de félins : jaguars, léopards, guépards, chats des sables…

Image Panthera

Le Braconnage et les abattages illégaux

La lutte contre le braconnage est un des principaux axes d’action de Panthera. L’ONG lutte aussi pour la préservation de l’habitat de ces félins, indispensable afin de pérenniser toute ces mesures sur le long terme. Panthera contribue notamment à sécuriser les corridors entre les différentes zones protégées, car c’est souvent dans ces passages que les félins sont attaqués, ou abattus par des fermiers lorsque leur bétail a été touché. Panthera a ainsi contribué avec le Kwando Carnivore Project (KCP) à réduire de 85% le nombre de bêtes tuées dans les fermes en Namibie, réduisant alors le nombre d’abattage « par vengeance » envers les félins. Panthera agit ainsi dans cette optique de coexistence durable entre les félins et les populations locales.

Sensibilisation et éducation

L’ONG travaille activement pour sensibiliser les populations et faire des félins une fierté et une opportunité d’éco-tourisme, afin que la présence de ces animaux deviennent une force pour les peuples locaux plutôt qu’une menace. Une étude de 2017 a ainsi permis de constater qu’avec les efforts récents incluant les actions de Panthera sur le terrain, le jaguar était devenu pour le Brésil une source de revenus. L’éco-tourisme généré sur une même période était ainsi 60 fois supérieure aux dégâts provoqués par les jaguars. Saviez-vous par ailleurs que le lion d’Afrique a vu sa population passée de 100.000 à 20.000 individus depuis 1950 ? Pourtant, contrairement à ce que l’on pourrait croire, le lion est nettement moins protégé que ne le sont de nombreuses autres espèces, la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction) avait ainsi été critiquée en 2016 pour l’absence d’évolution du statut du lion dont les effectifs sont en chute libre. Panthera souhaite atteindre 30.000 lions en Afrique dans les quinze prochaines années via son programme Leonardo. Le léopard est par ailleurs l’espèce de félin la plus persécutée, pour la chasse ainsi que pour sa peau et ses membres utilisés dans des cérémonies religieuses. Il est pour le moment classé en tant qu’espèce vulnérable, mais si rien n’est fait la situation pourrait empirer fortement. A travers le projet Pardus, Panthera veille à protéger le léopard en comprenant les rituels religieux locaux et en éduquant les populations de façon à changer les mœurs.

La recherche

Panthera est une ONG très active dans la recherche, le but étant ainsi de trouver les causes de la baisse de population des félins des diverses zones, afin d’adapter les programmes et les rendre plus efficaces. Des avancées conséquentes dans la compréhensions de ces animaux ont ainsi pu être réalisées. Grâce à des dispositifs photographiques et des données GPS, Panthera a ainsi pu démontrer que le puma, considéré comme solitaire, avait en réalité une vie sociale active avec ses congénères. De nombreuses recherches sont aussi menées sur les corps des animaux retrouvés morts afin d’agir en conséquence. Panthera a ainsi indiqué dans une étude en 2019 que 35% des corps de lions retrouvés abattus par des humains, l’étaient pour la vente de parties de leur corps, en particulier les dents, les griffes ou encore les os. Ce chiffre serait en forte augmentation. Nul doute que ces nouvelles données permettront d’orienter les efforts à venir.